Beautiful Stranger. Oui je sais c’est mal. Mais c’est tellement bien !

Il est beautiful, et nous parle d’un sublime stranger : c’est Beautiful Stanger, le second volet de la saga Beautiful Bastard – BB pour les connaisseuses – qui  vient de sortir en France le 10 octobre !

Directement classé au 2ème rang des meilleures ventes du New York Times lors de sa sortie aux États-Unis, Beautiful Stranger est l’un de ces nouveaux sex sellers qui  affolent les compteurs de ventes de livres depuis le succès de Fifty shades of Grey. En France, il s’est hissé à la 3e place du top Fnac dès la première semaine (juste derrière Douglas Kennedy et Anna Gavalda)

Comme Fifty Shades, Beautiful Bastard est né d’une fan fic inspirée des amours d’Edward Cullen et Bella (Twillight). Cependant pas la plus petite goutte de sang ni le moindre coup de fouet à l’horizon. Beautiful Bastard – originellement The Office – décrit l’enfer sensuel des relations au bureau.
Un récit jubilatoire écrit à quatre mains par deux copines américaines et trentenaires, Christina Hobbs et Lauren Billing, qui signent du  pseudo groupé : Christina Lauren.

L’héroïne de « Beautiful Bastard » s’appelle Chloe et a craqué sur son boss Bennett Ryan, un beau salaud au degré de sexytude maximum. Elle le hait, il la déteste, ils s’attirent irrésistiblement et s’attisent comme des braises sur le feu. Incapables de résister à cette attraction fatale,  ils vont expérimenter le sexe au travail, dans l’ascenseur, les escaliers ou dans une salle de réunion et dans toutes les positions.

Avec son intrigue pas réaliste pour deux sous et son vocabulaire sérieusement explicite dans les scènes de sexe, le Beautiful Bastard a fait un carton tel que les auteures ne pouvaient que signer un deuxième opus.

Elles ont d’ailleurs fait mieux que ça puis que « BB » est devenu une véritable franchise avec une collection de courtes nouvelles mettant en scène les personnages principaux, histoire d’alimenter l’usine à fantasmes entre deux romans. Les fans peuvent ainsi se délecter des tomes 1,5 : Beautiful Bitch, 2.5 : Beautiful Bomshell et 3.5 Beautiful Begining.  Le tome 3 de la série, Beautiful Player est prévu pour le 29 octobre aux US.

Quelque part entre la comédie romantique et le roman érotique, ces gourmandises soft porn sont l’équivalent d’un paquet de bonbons Haribo, dévoré avec un plaisir coupable et régressif !  

Je l’ai lu pour vous et je vous dis tout

L’héroïne de Beautiful Stranger est Sara, la meilleure amie de Chloé. Suite à sa séparation avec un ex-petit ami volage et pourri à souhait, Sara s’installe à New York pour un nouveau job et une nouvelle vie où elle laissera s’exprimer le côté sensuel de sa nature et fuira les relations sérieuses. Un soir en boîte de nuit, elle fait connaissance de Max Stella, un bel anglais auprès de qui elle découvrira les plaisirs coupables et excitants de l’exhibitionnisme. S’en suivra une série de scènes de sexe à haute teneur en orgasmes tridimensionnels, en boîte, au bureau, en taxi, à la bibliothèque et même dans une boite échangiste, où Sara s’éclatera comme une folle avec son beautiful stranger avant de s’apercevoir qu’elle est peut-être tombée amoureuse de lui.

Oh oui !

Du sexe toutes les deux pages, un beau gosse plus que hot qui vous fait grimper aux rideaux en un seul regard et se traine à vos pieds, une nana, très belle et très intelligente et très perverse, des culottes trempées,  du New York, de l’humour. On prend tout ça au trentième degré  et on s’éclate pendant deux heures

Oh non !

Un gros risque d’indigestion de « chattes » de « bites » et de « baise », parce que le vocabulaire cru, ça va à petite dose ! Autre point faible : le peu de crédibilité des réactions du héros masculin. On sait qu’il est fou d’elle mais quand même ! Un peu plus de réalisme dans son comportement serait bienvenu pour qu’on y croit un tout petit peu plus !

Est-ce que le mâle fait mal ?

Soyons clairs, c’est pour le mâle qu’on lit ce genre de roman, donc il a intérêt à assurer. Je vous rassure donc, Max Stella fait mal. Il est beautiful. Tout simplement.

On le lit ou pas !

Si vous savez où vous allez et pourquoi vous y aller, alors allez-y sans hésiter !