Ephron Nora : les adieux à la reine de la comédie romantique

C’était la reine de la comédie romantique moderne
Elle a écrit le scénario de « When Harry met Sally », écrit et réalisé « Nuit blanches à Seattle » et « You’ve got mail » avec Meg Ryan et Tom Hanks (ma comédie romantique préférée de tous les temps).
A propos de ses comédies romantiques, elle disait que « cela coute moins cher que la psychanalyse et met de meilleure humeur ».
Elle est morte avant-hier, à New York, elle n’avait que 71 ans.  Son fils Jacob Bernstein a précisé au New York Times qu’elle était décédée d’une pneumonie, consécutive à une leucémie.

Nora Ephron est née en 1941 à New York dans une typique famille juive de Manhattan. Ses parents, Phoebe et Henry Ephron était tous deux scénaristes. Nora est l’ainée de quatre sœurs. Delia et Amy deviendront scénaristes également et Hallie la benjamine sera journaliste.
Quand Nora a quatre ans, la famille déménage à Hollywood, capitale du cinéma. Elle ira au lycée au Beverly Hills Hight school puis fera ses études sur la côte Est, au Wellesley College près de Boston et s’orientera vers une carrière de journaliste.

Nora et son mari Carl Bernstein

Elle se marie une première fois à l’écrivain Dan Greenburg, et divorcera neuf ans plus tard. En 1976, elle épouse le journaliste Carl Bernstein, qui deviendra célèbre pour avoir révélé le scandale du Watergate. Quand celui-ci sera amené à écrire le scénario du film « Les Hommes du président » (All the President’s men d’Alan J. Pakula) inspiré de cette affaire, Nora participera à l’écriture du script. Le scénario du couple Bernstein ne sera finalement pas retenu, mais Nora écrit suffisamment bien pour se faire remarquer par Hollywood et démarre une carrière de scénariste.
Quelques années plus tard elle découvre que Bernstein la trompe avec leur amie commune Margaret Jay, une politicienne britannique. Cet épisode douloureux lui inspirera le scénario de son premier film en tant que réalisatrice « Heartburn » (la brûlure) en 1986 avec Jack Nicholson et Meryl Streep.

En 1987, elle épouse Nicholas Pileggi, célèbre auteur et scénariste italo-américain passionné par la Mafia (Casino, les affranchis…) et restera mariée avec lui jusqu’à la fin de sa vie.

C’est en 1989, à l’âge de 48 ans, que Nora Ephron connaît véritablement le succès en écrivant le scénario de « When Harry met Sally » réalisé par Rob Weiner.
Cela faisait presque deux décennies que Hollywood avait laissé tomber les comédies romantiques, un genre trop marqué par le code Heys (ce code de moralité qui avait marqué le cinéma des années 40 et 50) et qui ne collait plus avec l’avènement du féminisme. Ces femmes qui ne rêvaient que de mariage… hum !

Pourtant l’évolution des rapports hommes femmes avait de quoi inspirer quelques belles plumes ! C’est ainsi que Robert Weiner a fait appel à Nora Ephron pour écrire le scénario d’un film sur lequel il travaillait : l’histoire d’un homme et une femme qui refusent de s’avouer leurs sentiments de peur de gâcher leur amitié… Harry et Sally !
Pour créer le personnage d’Harry, Nora Ephron s’est basée sur la personnalité du réalisateur : un homme névrosé, hypocondriaque et affolé à l’idée d’une nouvelle histoire d’amour. Pour Sally Albright, positive, candide, perfectionniste, incorrigiblement optimiste, et mettant une demi-heure pour commander une simple salade, Nora Ephron, s’est simplement inspirée d’elle-même et de ses amies.
Avec ces trentenaire new-yorkais, névrosés, désabusés et terriblement romantiques, Weiner et Ephron dépoussièrent un genre endormi et le remettent sur orbite. Dans la foulée, Nora Ephron réalisera en 1993 Nuit blanches à Seattle avec son actrice fétiche Meg Ryan et Tom Hanks. Elle réunira les deux acteurs en 1998 dans « You’ve got mail », remake du mythique « the shop around the corner » d’Ernst Lubitsch. Ces comédies romantiques contemporaines, subtiles et très drôles seront d’énormes cartons au box office.

En 2007, Nora Ephron réalise son dernier film, Julie et Julia, avec celle qui avait joué dans son premier film et était devenue une amie très proche : Meryl Streep.
Elle a continué à écrire jusqu’à la fin et tenait un blog depuis plusieurs années.

Inutile de dire que Nora Ephron, avec sa plume légère et aiguisée, sa tendresse, son humour, son talent pour raconter de bonnes histoires new-yorkaises et son parcours magnifique, est un modèle absolu pour moi. Rien que le fait d’écrire sur elle me tire vers le haut… et je ressens une immense tristesse à l’idée qu’elle n’est plus là pour  siroter un café ou à écrire, quelque part à New York.

 

Avec son troisième et dernier mari Nicholas Pileggi

Cadeau !

Nora Ephron et Woody Allen quelque part à New York, dans les années 70