Les hommes préfèrent les blondes

Les hommes préfèrent les blondes (affiche)L’autre soir, j’ai organisé une soirée DVD-pizza avec mes enfants pour leur faire découvrir Marilyn Monroe dans… Les hommes préfèrent les blondes !
Un délicieux prétexte pour  me replonger dans cette comédie musicale et romantique qui m’enchante depuis l’adolescence. J’ai ainsi pu constater que le charme de Marilyn est toujours aussi puissant, même sur les jeunes générations.

L’histoire :
Lorelei (Marylin Monroe) et Dorothy (Jane Russel) sont deux chanteuses de cabaret qui viennent de Little Rock, un coin paumé de l’Amérique profonde (où elles vivaient du « mauvais côté de la barrière »- c’est le thème archi célèbre de leur première chanson).
Lorelei est une blonde explosive, addict aux diamants, qui trouve plus intelligent de tomber amoureuse d’un millionnaire que d’un homme lambda, alors que la brune Dorothy cache un tempérament romantique derrière un cynisme de façade et une sérieuse attirance pour les beaux gosses musclés.
Accompagnée de Dorothy, son « chaperon », Lorelei se rend à Paris sur un paquebot de luxe pour y épouser Gus, jeune héritier légèrement niais et immensément riche. Mais le père de Gus ne voit pas cette future alliance d’un bon œil et dépêche un détective privé sur le bateau, chargé prouver que Lorelei n’est pas la jeune femme bien élevée qu’il faut à son fils. La présence à bord des beaux athlètes de l’équipe olympique américaine et d’un vieux barbon richissime en diamants, vont rendre la traversée particulièrement mouvementée…

Comme la majorité des comédies musicales de l’époque, « Les Hommes préfèrent les blondes » est l’adaptation d’un succès de Broadway (un des plus grands triomphes de la scène à New Yorkaise). Le film est réalisé par l’immense Howard Hawks qui abordait pour la première (et dernière) fois le genre de la comédie musicale. Le génie de Hawks sera de transcender cette comédie légère et brillante pour en faire une satire des mœurs modernes, exercice dans lequel il excelle. Il dénonce avec humour le puritanisme et la misogynie latente imprégnaient alors profondément la société américaine et en particulier son cinéma.
Dans « Les hommes préfèrent les blondes », ce sont les femmes qui règnent en maître. La scène de la piscine, où Jane Russell fait tourner la tête à un groupe de musclors soumis en chantant de sa voix grave « Ain’t there anyone here for love » est particulièrement jouissive, tout comme le numéro final de Marilyn Monroe régnant sur un essaim de gentleman qui déposent leur cœur à ses pieds – alors qu’elle ne s’intéresse qu’aux diamants qu’ils peuvent lui offrir. Dans une robe fourreau rose très ajustée, elle chante « Diamonds are a girl best friend » en se trémoussant autant que le tissu le permet.

La Marilyn de légende, blonde platine aux yeux mi-clos et à la moue rouge et brillante, se gravera définitivement sur la pellicule et dans les mémoires avec ce film et cette séquence musicale, l’une des plus mémorables de sa carrière. Pour la première fois, Marilyn se plait dans son rôle de blonde naïve (mais pas si idiote que cela). Dans ce film, elle est toujours excellente, infiniment attachante et souvent très drôle. Voir ses yeux s’agrandir et scintiller à la vue du moindre diamant est par exemple un vrai régal. Elle endosse le costume de Lorelei avec beaucoup d’aisance et de talent, en lui insufflant une profondeur comique bienvenue et porte à son sommet l’art de la minauderie et du cabotinage. Elle transcende son personnage en ajoutant ses rires, ses clins d’œil et quelques répliques de son cru, dont la meilleure reste: « Je peux faire preuve d’intelligence quand c’est important, mais la plupart des hommes n’aiment pas ça ».
La brune Jane Russell ne démérite pas, bien que sa beauté sculpturale ne fasse pas le poids face à la voluptueuse Marilyn. Mais peu importe puisque sa gouaille et son sourire à toute épreuve charment tout autant, et qu’à elles deux, elles forment sans doute l’un des plus explosif  et formidable duo féminin du cinéma américain. Lorelei et Dorothy sont des femmes belles et fortes, calculatrices et indépendantes, elles savent ce qu’elles veulent autant que ce qu’elles font, et mènent la gente masculine par le bout du nez d’un bout à l’autre du film.
A leurs côtés, les personnages masculins sont plutôt fades, du jeune benêt richissime au vieux pervers, en passant par le beau privé manipulateur, ils se laissent embobiner sans rien dire, le summum étant la scène où le macho Malone fini en déshabillé vaporeux dans les coursives du bateau !

A voir, à revoir, à re-revoir… sans aucune contrindication !

Quelques infos glanées çà et là sur le net…

- « Les hommes préfèrent les blondes » est l’adaptation sous forme de comédie musicale d’un livre culte de Anita Loos (écrit en 1925 et déjà adapté en muet en 1928).
- La musique occupe d’un tiers du film. Les titres sont tous devenus des classiques de la culture musicale populaire du XXème siècle.
- Howard Hawks n’étant pas l’aise avec les scènes de music-hall, il laissera la mise en scène des numéros chantants et dansants au célèbre chorégraphe Jack Cole.
- La première version de la chorégraphie des diamants a été jugée trop osée par la Fox qui a demandé à Jack Cole de retravailler la séquence (la scène, dans sa forme définitive reste d’une grâce et d’une beauté affolantes)
- Le chef opérateur Harry Wild a composé la photographie d’un Technicolor éclatant, donnant un cachet presque irréel et onirique à une œuvre qui s’y prêtait parfaitement
- Sous l’impulsion de Howard Hawks et de la Fox, le scénariste Charles Lederer a complètement réécrit l’histoire ) ne gardant que les thèmes principaux ainsi que les deux personnages féminins d’origine, et en donnant à chacune d’entre elles un rôle équivalent.
- A l’origine, la Fox avait acheté une petite fortune la pièce originale d’Anita Loos pour y mettre en vedette Betty Grable, mais après le grand succès de « Niagara », Daryl Zanuck et Hawks choisirent Marilyn Monroe pour tenir le rôle de la blonde arriviste.
- Comme Marilyn n’était pas encore une vedette confirmée, Zanuck insista pour qu’elle soit accompagnée de Jane Russel, qui elle, était déjà une grande star.
- Jane Russel a été payée 150 000 $ pour le film et Marilyn… 15 000 !
- Les deux comédiennes se sont très bien entendues sur le tournage. C’est d’ailleurs Jane Russel qui a souvent servi de relais entre Howard Hawks et Marilyn Monroe. Névrosée et peu sûre d’elle-même, la star allait peu à peu devenir une diva capricieuse, caractérielle et malheureusement « ingérable ».
- Selon la chanteuse Marni Nixon (célèbre pour avoir prêté sa voix à Natalie Wood dans « West Side Story » et Audrey Hepburn dans « My fair Lady »), le studio avait initialement prévu de doubler entièrement les performances vocales de Marilyn. Cette option fut vite abandonnée car même Nixon trouvait le résultat épouvantable. Cependant, celle-ci déclara avoir tout de même doublé Marilyn lors de la séquence « Diamonds are a girl best friend » pour ses « no, no, no » aigus au début de la chanson.


Les Hommes Préfèrent les Blondes (Gentlemen Prefer Blondes)
Un film d’Howard Hawks- 1953
Avec : Jane Russell (Dorothy Shaw), Marilyn Monroe (Lorelei Lee), Charles Coburn (Sir Francis Beekman), Tommy Noonan (Gus Esmond), Elliott Reid (Ernie Malone)…

Fiche technique
Réalisateur: Howard Hawks
Producteur: Sol C. Siegel (pour Darryl F. Zanuck)
Date de sortie: 18 juillet 1953
Scénario: Charles Lederer Adapté d’une histoire de: Joseph Fields et Anita Loos
Musique: Jule Style et Leo Robin
Direction des numéros: Jack Cole
Photographie: Harry J. Wild
Costumes: Travilla, Charles Le Maire, Sam Benson

Commentaires

  1. Très bel article, très complet !

    Marilyn nous laisse de beaux rôles, dont ce film. Même si « Certains l’aiment chaud » signe son apogée dans la comédie !