La Célibataire – Carrie Adams

Tessa King a trente-six ans, elle est blonde mince et quand elle porte des talons elle doit approcher des 1.80m. Cette ex avocate supporte très bien l’alcool, les nuits blanches et les aventures sans lendemain. Comme le titre en français l’indique, elle est célibataire. Et surtout, comme l’indique le titre anglais (bien meilleur à mon avis) elle est « The Godmother ». La marraine de Caspar 15 ans, Cora 7 ans et des jumeaux nouveau-nés Bobby et Toby qui lui donnent tous beaucoup de fil à retordre.
Pour créer ce personnage, Carrie Adams dit s’être inspirée du célèbre adage anglo saxon « trois fois demoiselle d’honneur, jamais mariée » en le transformant en « trois fois marraine, jamais maman ».
C’est la meilleure amie idéale, dévouée à la vie à la mort à sa bande de potes chéris, tous liés par un solide passé commun. En les voyant vivre à travers la plume bien aiguisée de Carrie Adams, j’avais l’impression de me retrouver dans une de ces comédies romantiques dont les anglais ont le secret comme « Quatre mariages et un enterrement ou Coup de foudre à Notting Hill » – sans Hugh Grant :(   
Tous les personnages ont de la profondeur, un passé dense, des sentiments complexes, des secrets…
Entourée de couples mariés qui se débattent entre problèmes relationnels et soucis parentaux, Tessa aimerait secrètement faire partie du club. Mais depuis des années quelques chose l’en empêche…

De retour d’une retraite au Vietnam pour faire un break, elle se retrouve propulsée dans le tourbillon des problèmes de ses amis. Dépassés par les événements, ses filleuls et leurs parents ont terriblement besoin d’elle et Tessa adore se sentir indispensable. Elle fonce tête baissée dans la résolution des soucis d’autrui en oubliant les siens… mais elle finira par être obligée de regarder certaines vérités en face.
C’est profond, terriblement réaliste, souvent drôle, parfois cruel, toujours tendre et bien écrit. J’apporte cependant deux bémols à ces louanges.
1/ Au bout d’un moment,  les problèmes avec les ados perturbés, les enfants malades, les bébés pipi caca, ça saoule.
2/ C’est un peu faible au niveau de l’argument clef d’une comédie romantique : l’Amour!
Carrie Adams nous entraîne sur deux pistes mouvantes concernant les amours de Tessa. Je me suis prise à en suivre une, qui m’a émue, touchée, sur laquelle elle en fait des tonnes… et qui finalement  n’est pas la bonne! J’aime belles histoires d’amour, prenantes, biens construites, les greands héros romantiques… alors je suis un peu déçue, d’autant que les personnages masculins sont vraiment bien incarnés, mais l’émotions est absente… Carrie Adams avait de quoi faire quelque chose de plus fort de ce côté-là.
Sa Tessa m’a énervée. J’ai trouvé qu’elle s’était dégonflée. Si vous avez lu le bouquin dites moi ce que vous en avez pensé.
Maldré tout, La Célibataire nous offre un roman chick lit’ de belle qualité.

La suite des aventures de Tessa  King  est parue en octobre 2009, toujours chez Calmann-Lévy, sous le titre « Secondes noces » (The Stepmother). Elle fera  sans doute l’objet d’une prochaine chronique.  
La Célibataire – Carrie Adams – Calmann-Lévy – 502 pages – 19,90€ – et au Livre de poche

Vous pouvez aussi lire la chronique d’Anaïs sur son blog Le célibat ne passera pas par moi. Elle a adoré.